La qualité des données au coeur de la transformation digitale

14 décembre 2018

S’assurer de la qualité des données est un facteur clé de perspective d’une transformation digitale et de sa réussite. Les entreprises l’ont bien compris.

Une étude a été réalisée sur le rôle de la donnée dans la transformation digitale de l’entreprise. Elle révèle que 98% des entreprises mettraient la donnée au cœur de leur transformation digitale*. Ce qui explique qu’aujourd’hui, plus qu’hier, les entreprises prennent le plus grand soin de leurs données parce qu’elles jouent un rôle majeur dans la création de nouveaux services et usages innovants. Et le plus important, c’est qu’elles permettent d’améliorer l’expérience client. Surtout, ce patrimoine data ne peut être un gisement de valeur qu’à la condition que les données soient de qualité !

Interview d’Elise Libeskind, Responsable de la coordination de la gouvernance, de la qualité et de la culture Data au sein de la Direction du digital du Groupe BPCE. Pourquoi est-il vital pour un grand groupe tel que le Groupe BPCE, de maîtriser ses données, au même titre que ses autres actifs. Et pourquoi, bien les utiliser permet d’accélérer sa transformation digitale et créer de nouvelles richesses.

Pourquoi la qualité des données est-elle l’affaire de tous ?

Le sujet de la data est aujourd’hui indispensable et incontournable pour une entreprise. Que ce soit pour le conseiller financier, le chargé d’étude marketing, le responsable de projets Risques ou Finances ou les métiers IT et décisionnels.

Côté expérience client, la donnée est indispensable pour une meilleure connaissance client, une amélioration de la satisfaction client ou encore la prédiction des comportements futurs du client. Pourquoi ? Tout simplement car elle nous permet de proposer à nos clients des campagnes marketing plus ciblées, de nouvelles offres commerciales personnalisées et bien plus encore !

Détenir des données client de qualité revient à posséder des données fiables donc d’être plus en capacité de fidéliser et conquérir de nouveaux clients.

Côté métier, la data permet par exemple, de mieux répondre aux obligations réglementaires ou de réaliser des reportings fiables et cohérents. Pour ne citer que ces usages.

Avec la data de nouveaux cas usages se développent autour de la question : « Comment mettre plus d’intelligence dans les interfaces collaborateurs et clients pour les rendre plus dynamiques et personnalisées ». Une réponse s’impose : il faut s’appuyer sur la data science qui est la science des données.

Dans le Groupe BPCE, la data science permet par exemple de pousser la personnalisation de nos offres bancaires, de gagner en rapidité dans le traitement des demandes de nos clients dans la vie d’un contrat ou lors de son initialisation, enfin de faciliter et simplifier la relation client ou encore d’anticiper les besoins de nos clients plutôt que de rester en réaction en se limitant à y répondre.

Comment assurer une qualité des données optimale ?

Le Groupe BPCE s’engage à mettre en œuvre un ensemble d’outils et de bonnes pratiques. L’objectif étant d’améliorer la collecte, la transformation et l’usage de la donnée. Il a ainsi impliqué et responsabilisé aux enjeux de la qualité de la donnée, tous les métiers utilisateurs, fournisseurs ou porteurs de projet autour de la data. Il a également créé et mis en place une filière data, transverse. Cette dernière s’appuie sur un réseau de correspondants locaux au sein des établissements et filiales du groupe : les Data Manager Officers. Cette filière data a pour principale mission de coordonner et animer toutes les équipes data du groupe, diffuser les pratiques et mutualiser les développements.

A ce dispositif s’ajoutent :

  • la définition et la mise à disposition d’indicateurs et d’informations relatifs aux données du groupe (tableaux de bord de suivi de la qualité);
  • des solutions d’industrialisation de l’analyse de la donnée et de mise en qualité (outils DataViz);
  • la mise en place d’un dictionnaire de données commun à tous les établissements du groupe, pour partager une définition unique de chaque donnée;
  • des règles de gestion pour garantir l’homogénéité des données quel que soit la source dont elle est extraite;
  • la mise en place d’un data lake commun pour partager les données de l’ensemble des établissements du groupe;
  • la mise en place d’outils d’automatisation de traitement de la donnée qui permet de s’affranchir de leur saisie manuelle. Par exemple la dématérialisation des justificatifs.

Le Groupe BPCE souhaite devenir un groupe « Data-Centric ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Le Groupe BPCE veut devenir un groupe « Data-Centric » en faisant de la donnée un enjeu central. En adoptant une vision Data Centric, le groupe se met en capacité de tirer de la valeur de toutes ses données. Il pourra même les anticiper.

Notre performance sera à la hauteur de notre capacité à exploiter et valoriser notre data. Mais pour pouvoir transformer cette nouvelle masse de données en valeur, il faut « les faire parler ». C’est le rôle des data scientists qui exploitent les données pour développer de nouveaux cas d’usage.

Les travaux de data science menés par le Groupe BPCE peuvent relever d’analyse ou venir en aide à la décision opérationnelle et stratégique. Ainsi, ils visent par exemple à :

  • déterminer de façon précise l’appétence d’un client ou d’un prospect pour un produit, un canal d’interaction ou une offre personnalisée;
  • détecter des clients présentant un risque d’attrition;
  • anticiper les réactions du client;
  • prioriser les actions du conseiller;
  • optimiser la lutte contre le financement du terrorisme ou la cybersécurité;
  • gagner en personnalisation pour nos offres et services, … etc.

Les analyses générées par la data science sont au service de l’évolution de notre offre bancaire !

* Baromètre 2016 – Qlik et CXP (cabinet d’analyse et de conseil PAC (groupe CXP)

Vous pouvez écouter cet article :