LearnEx Data : à la rencontre des start-ups anglaises

21 December 2018

Collaborateurs de la Caisse d’Epargne de Normandie et lauréats des Trophées Make it Simple 2018, Magalie CORDIER-JUBET et Jérôme DESSEAUX ont participé fin novembre à une Learnex sur la data à Londres pour rencontrer, pendant une journée et demi, 6 start-ups locales.

Accompagnés par Marion ROUSO, Directrice Digitale B2B et Collaborateurs, Loïc BRIENT, Erwan GUIGONIS, Julien RIALAN et Gérard NAKACH, des collaborateurs de l’équipe Data et Open API de BPCE, ils ont échangé avec ces entreprises hautement prometteuses :

Unmortgage – Get on the property ladder

Présentée par son co-fondateur Conrad HOLMBOE, Unmortgage est la première start-up de “propriété graduelle” qui accompagne des clients dans l’acquisition de leur résidence principale, même s’ils n’ont pas assez de revenus ou d’apport pour en acquérir 100% !

Les nouveaux propriétaires paient un loyer à leur copropriétaire financier, mais seulement à la hauteur de ce qu’ils ne possèdent pas, et pourront racheter au fur et à mesure une part plus importante du bien. De son côté, Unmortgage « package » la propriété du bien et le contrat donnant droit à la perception du loyer dans un produit financier, qui est financé par les banques ou des fonds de placement.

Eigen Technologie – Mine your documents for valuable data

Start-up présentée par son CEO, Lewis LIU et par Simone BOHNENBERGER-RICH, Director Sector Lead FS, elle développe depuis 2014 des algorithmes de langage naturel pour le secteur financier, juridique et comptable.

Ces algorithmes permettent d’automatiser l’extraction des données de documents, en comprenant et interprétant le langage presque aussi bien qu’un humain. La technologie s’appuie sur du machine learning pour extraire avec précision des données des documents financiers dans des cas tels que :

  • L’identification des risques contractuels
  • La prise des décisions d’investissement plus rapide
  • Le calcul les risques financiers des actifs

D’après nos data scientists, il s’agit d’un outil particulièrement novateur. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’Eigen Technologies a déjà levé £13 millions grâce au soutien de la banque d’investissements Goldman Sachs.

MarketInvoice – Business Finance made easy

L’un des principaux acteurs pure-players des prêts aux petites entreprises britanniques, MarketInvoice a été créée en 2011 et a levé près de £20 millions cette année. Depuis sa création l’entreprise est à l’origine de 2,7 milliards de prêts au Royaume-Uni !

MarketInvoice distribue deux offres :

  • L’affacturage via le financement quasi-instantané de factures (avec ou sans abonnement)
  • Ou des prêts d’entreprises plus classiques.

La start-up s’appuie sur une maîtrise de deux outils digitaux : la data et les APIs.

Avec les APIs, MarketInvoice se connecte à la plupart des logiciels de comptabilité du marché. Elle acquiert une connaissance exhaustive et historique de la situation financière de l’entreprise, au niveau d’une banque qui connaîtrait son client depuis plusieurs années. Pour scorer le plus efficacement possible le prêt, elle développe des algorithmes et des modèles de risques propriétaires qui progressent chaque année, améliorant ainsi le taux de défaut qui est passé de 5 à 1% en 4 ans.

Lorsque le dossier de prêt est transmis à des investisseurs intéressés, MarketInvoice perçoit alors une commission.

Plum – Your money best friend

Créé en 2016 par Victor TROKOUDES, Plum est un robot-advisor qui communique avec ses utilisateurs via Facebook Messenger, analyse leurs dépenses et leur propose un plan d’économies pour épargner sans s’en rendre compte.

Visant les Millenials, la start-up estime que ses utilisateurs peuvent gagner plus de £100 000 sur l’ensemble de leur vie en utilisant Plum chaque mois (en comptant les intérêts sur les revenus placés et le taux de rentabilité du placement). Chaque client économise en moyenne £175/an grâce à Plum, qui supporte la quasi intégralité des banques britanniques grâce à son intégration via API et un agrégateur, Yodlee.

Plus qu’une IA, on peut parler de recueil de conseils interactifs et de mise en place de règles automatiques (dès que du budget est rendu disponible, l’argent est réinvesti). Par exemple, elle gère les abonnements aux fournisseurs (électricité, gaz, télécoms) et peut proposer de changer ces derniers. Elle offre ensuite de placer l’argent rendue disponible sur plusieurs ETF (Exchange-Traded-Fund).

 

 

Finimize -Smarter in one email a day

Présentée à nos collaborateurs par Nikolaus WENZL, Head of Business Development, Finimize est une “smart newsletter” financière du quotidien ayant effectué une levée de fonds à £450 000.

Elle a pour objectif d’être suffisamment pointue pour un trader de Wall Street, et en même temps compréhensible par monsieur Tout-le-Monde. Créée en 2016, cette newsletter compte 250 000 abonnés avec un taux d’ouverture moyen de 30 à 40% !

Pour gagner de l’argent, la start-up commercialise des partenariats avec des grandes institutions financières : événements co-brandés, emails partenaires, communication jointes, livrets de formation brandés Finimize, etc.

Disponible aussi sur iOS, le langage de la newsletter est adapté à sa cible Millenials, avec des smileys, des liens et des vidéos directement accessibles. Cette entreprise parvient ainsi à faire ce que les grandes banques font difficilement : parler au quotidien à une communauté de membres fidèles.

Tractable – AI for accident

Lancée en 2014 par Adrien COHEN, co-fondateur et COO, Tractable développe une intelligence artificielle à destination des assureurs, basée sur la technologie dite de « computer vision », à travers l’analyse des photos.

Cette IA est capable d’estimer automatiquement les dommages, par exemple sur un accident de la route ou sur un logement qui a subi un dégât des eaux.  L’objectif final étant de parvenir à automatiser le traitement des dommages pour accélérer les versements d’indemnités aux assurés. Entraînée sur 300 millions de photos de véhicules accidentés, l’IA peut en quelques secondes, à partir d’une dizaine de photos :

  • Reconnaître la ou les pièces endommagées
  • Estimer la gravité et proposer soit une réparation, soit un remplacement
  • Proposer un devis de réparation

Et ce pour un coût par expertise d’une dizaine de livres sterling seulement !

Vous pouvez écouter cet article :